Sanctuaire Notre Dame de Vie - Saint Martin de Belleville en Savoie

C'est une des étapes des l'itinéraire culturel appelé les Chemins du Baroque qui emmènent à la découverte du patrimoine de l'Art baroque savoyard et de la vie des communautés de montagne de cette époque.

Google : 5 étoiles
Trip Advisor : 5/5
1513758-diaporama
© http://gilles-lansard.com

Monument historique :
La chapelle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 12 février 1949.


Isolée sur un petit replat de la haute Vallée des Belleville,la chapelle de Notre Dame de la Vie est un monument emblématique de la commune de Saint Martin de Belleville. Dotée de l'un des plus anciens retables baroques de Tarentaise, elle est également le témoin du renouveau artistique et religieux de la Savoie au XVIIème siècle: toute la richesse et les techniques de l'art baroque y sont illustrés.

Sanctuaire_de_Notre-dame_de_la_vie

Son histoire :

Le Sanctuaire Notre-Dame-de-la-Vie est un haut lieu à la fois touristique et religieux. Édifié au xviie siècle, il est devenu un site incontournable de la vallée des Belleville et visité par des milliers de personnes chaque année.

La chapelle est de l’architecte NICOLAS DESCHAMPS, appelé par l’archevêque de Tarentaise qui voyait croître la renommée du pélerinage marial, né autour de la statue trouvée dans un sureau. La construction a la forme d’une croix grecque à coupole centrale et chapelles rayonnantes polygonales. Le gros oeuvre ne fut terminé qu’en 1680

Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, les Pays de Savoie sont restés un véritable bastion catholique face aux régions voisines réformées proches de la cité de Genève, devenue la "Rome protestante". Le renouveau religieux qu'initia le Concile de Trente permit de laisser s’exprimer dans les églises toutes les techniques de l’art baroque. Sculpture, dorure et polychromie, parfaitement maîtrisées par des artistes piémontais, s’emparèrent des églises et chapelles pour en transformer le décor. Les retables, dont celui du maître-autel de Saint-Martin, en sont l’expression la plus exubérante.
Notre-Dame-de-la-vie
Une restauration actuelle porte sur la consolidation de la croisée du transept comportant la coupole, les arcs et les piliers. Inauguration officielle le 10 Juillet 2016


Construction : XVIIe siècle

A voir à l’extérieur :
Nicolas Deschamps qui dressa également le plan de l'église de Villargerel, réalise un édifice à plan centré en croix grecque avec coupole centrale sur pendentifs et lanternon et trois chapelle polygonales rayonnantes.
D'ici, le panorama sur la vallée des Belleville vous enchantera.
photo16
A voir à l’intérieur:
La coupole entièrement ornée de fresques représentant l'Ancien Testament, œuvre du peintre NICOLAS OUDEARD. Elles ont été maintes fois restaurées, en 1734 par VENERIO BELLASIO, en 1762 par HYACINTHE PIGNOL, en 1782 par JOSEPH DE DOMINIQUE, de Novarre, puis en 1809 par J. P TOSI, après les dommages révolutionnaires, par VICARIO, qui retoucha la totalité en 1830, et enfin par le turinois LAUCIA en 1923-1924.

73257_1_photo3_g
Le sanctuaire est aussi doté de trois retables (dont un datant de 1636, considéré comme le plus ancien de Tarentaise).

Dans un foisonnement de sculptures et d'or, ce retable a été sculpté par un artiste piémontais, Jean-Marie Molino. Il détaille la vie de la Vierge Marie. et abrite en son centre une "statue miraculeuse". Dans le panneau central, tout est ordonné pour la niche de la "statue miraculeuse" : une porte coulissante ornée d'un bas-relief de la Vierge à l'Enfant, la cache habituellement aux regards. Pour mieux articuler la partie centrale avec chaque volet latéral, une paire de colonnes est séparée d'une autre colonne torse par une bande divisée en six cartouches. En alternance, celles-ci représentent en bas-relief un épisode de la vie terrestre de la Vierge et l'illustration des invocations des litanies de Lorette. Les volets latéraux sont réservés aux parents de la Vierge : au-dessus de l'entablement figurent les ancêtres, en particulier le roi David.

Les deux autres retables, dans les croisillons latéraux, sont plus simples. Celui de la chapelle nord représente la Vierge à l'Enfant, alors que celui de droite, daté de1636 pourrait être le plus ancien des trois, il évoque l'Assomption de la Vierge.
73257_1_photo2_g

Une riche collection d'ex-votos est également présentée à l'entrée.

1046275-diaporama
© http://gilles-lansard.com

Particularités :
La chapelle est un 'sanctuaire à répit'. (La solution des limbes (limbus puerorum), inventée pour adoucir un dogme qui vouait des enfants à un enfer, devint insupportable puisque l'innocent ne pourrait jamais entrer en paradis. De plus un clergé rigoriste ne permettrait pas aux mort-nés d'être baptisés ou enterrés en terre consacrée. D'où la nécessité des sanctuaires à répit où le petit défunt était porté en toute hâte. Parrain et marraine le posaient sur l'autel et priaient pour qu'il reprenne vie un instant afin qu'un prêtre effectua le baptême et que son âme s'en fut au paradis).
A Saint-Martin-de-Belleville, une ancienne déesse de pierre liée à une source sacrée et remontant au néolithique. drainait vers elle, depuis des siècles, des milliers de gens sont venus là pour boire ses eaux, faire des ablutions, et demander guérison et autres bienfaits. Elle fut christianisée sous le vocable de Notre-Dame-de-la-Vie. Il n'en fallut pas plus pour que l'antique lieu de culte devint donc, à la fin du Moyen Âge, un sanctuaire à répit, qui permettait de faire revivre miraculeusement les bébés mort-nés ou les nouveau-nés décédés avant d'être baptisés. Ce fut au cours des années 1600 que cette pratique culmina, comme en attestent les procès-verbaux. Un témoignage de 1664 dit que le curé a déclaré que le bébé a été vu en train d'ouvrir sa bouche et son poing et que cela a permis de le baptiser en prononçant la formule Si vous êtes en vie, je vous baptise3.

Mais le clergé, assez réticent face à de telles pratiques, déplaça la déesse de sa position d'origine pour l'intégrer dans le mur de fondation de la plus récente des chapelles. Ce qui n'empêcha point la Dame de la vie à continuer de recevoir les dévotions des Savoyards. Son culte culmina jusqu'au XVIIIe siècle. Dans cette période, des dizaines de peintures murales ont été peintes dans la chapelle illustrant des histoires de guérisons miraculeuses de Notre-Dame-de-la-Vie. Un témoin oculaire de 1930 décrit l'un des pèlerinages annuels au sanctuaire. Il a vu les femmes mettre des draps propres à tremper dans l'eau et éponger leurs visages, les yeux et les seins. Mais les autorités ecclésiastiques durent attendre 1960, pour enlever définitivement l'antique statue de sa place et la mettre à l'abri des dévotions dans une galerie couverte et fermée de l'église.



La paroisse :
Paroisse Notre dame des BellvillePresbytère Place de l'église
73440 St MARTIN DE BELLEVILLE
Envoyer un mail
Tel : 04 79 08 96 70

Les offices :

Rares offices. Pèlerinage et grand messe solennelle le 15 Août.
Sinon Eglise de saint Martin de Belleville.

Visites :
Tourisme adapté
Accessible en fauteuil roulant avec aide
Toute l'année, tous les jours de 9h à 17h. Accès principal ouvert, puis l'intérieur est protégé par des grilles.
office de tourisme : 04 79 00 20 00
10 juillet 2016 : grand inauguration


Accès et localisation GPS :

45° 22′ 24″ N 6° 30′ 24″ E




Des liens :
Office du tourisme de Saint Martin de Belleville
Les chemins du baroque : http://fondation-facim.fr

Sources : Wikipedia, Fondation Facim, Petit patrimoine
Crédits Photos : Iha, G.Lansard - Office du tourisme de Saint Martin de Belleville, Patrimoine religieux en Haute Savoie.

tumblr_inline_ni7rqzgA5E1sjor6ktumblr_inline_ni7pv0Y7m51sjor6ktumblr_inline_ni7ny8xLlE1sjor6k
tumblr_inline_ni82ht20ds1sjor6ktumblr_inline_ni7z18CFWz1sjor6k
A voir à proximité : les autres petites chapelles….
right_arrow-512 retour au sommaire BellesEglises




les premières fiches
des églises,chapelles
ou abbaye…
rédigées à partir de vos envois
pour l'application
des BellesEglises