Collégiale de L'Assomption de la Vierge Marie et Saint Léobon au grand Bourg dans la Creuse

Le Grand Bourg dans la Creuse.

Proposée par Alain Tixier

Une des rares églises gothiques de Creuse.

la nef est du XII e siècle, alors que les chapelles latérales sont du XIVe siècle. C'est une étape sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Lemovicensis venant de Vézelay
P1010940-2
L'église est classée monuments historiques depuis 1929

Le-Grand-Bourg_Eglise1-1

Son histoire :
L'histoire local remonte à 20 siècles en arrière ; St Léobon, ermite du VIe siècle lui donnera son histoire spirituelle (reliques guérisseuses, mal des Ardents en 994, route de Compostelle, ...). Pas moins de 4 chapelles ou églises se sont succédées en ces lieux. La seule qui nous reste a été construite en 1150 par les chanoines du chapitre de la cathédrale de Limoges qui possédaient les terres et fermes alentour.
Cette église est une des rares églises gothiques de Creuse, terre d'église romanes. L'architecture est marquée par le basculement du style roman limousin (fenêtres avec tore limousin) vers le style gothique à voutes élevées en croisée d'arêtes..



Construction : XIIe - XVe / XVIe siècle

A voir à l’extérieur :

Quelques éléments d'architecture gallo-romaine et mérovingienne répartis autour de l'église (cippes, sarcophages, urnes funéraires, &hellipWinking.

CIMG2444
CIMG2433-2
Une ceinture de modillons supporte la corniche qui rampe sous le toit.


A voir à l’intérieur:
L'église possède deux chapelles du XVIe siècle (superbe voute avec liernes et tiercerons dans la chapelle de Notre Dame des Eaux vives).

Dans le transept droit on peut voir le « trésor » constitués de reliquaires de différentes époques.

Le-Grand-Bourg_Nef
Le chevet est percé de trois fenêtres dont celle du milieu est plus élevée
La voûte ogivale est sur arcs doubleaux et nervures retombant sur des colonnes groupées par trois et coiffées d’un chapiteau orné de feuillages.
Le-Grand-Bourg_Vierge
A noter un haut relief d'u XIIe siècle d'une Vierge à l'enfant.
La Vierge est assise sur un trône dont les montants sont sculptés en colonne avec chapiteau feuillagé stylisé. Elle est vêtue d’une robe à plis en éventail et d’un manteau passé en voile sur la tête, retenu par une couronne. Dans la main droite elle tient un sceptre florencé. L’Enfant, assis sur ses genoux, bénit de la main droite et tient un livre fermé de sa main gauche. Au-dessus deux anges descendent des cieux pour les encenser : leurs corps, leurs têtes et le bras qu’ils posent de part et d’autre de la couronne de la Vierge sont sculptés en haut-relief, l’autre bras qui tient l’encensoir est sculpté en faible relief.(source patrimoine France.org)







Particularités : la légende de Saint Léobon (empruntée à Roch Jaja) :

St_Léobon_statue (Saint Léobon, Eglise Saint Léobon de Chablais).

L’histoire du Grand Bourg de Salagnac est liée à la légende de Saint Léobon.
Contemporain de Clovis (5ème siècle), originaire de Fursac, Léobon se retire en ermite pour mieux servir Dieu.
Tous les jours Léobon allait assister à la Messe au bourg de Fursac mais "les jeunes étourdis du voisinage qui prenaient alors plaisir à se moquer des justes craignant Dieu, s’amusaient et riaient beaucoup de la naïve et louable piété de Léobon". Léobon "dans son extrême bonté" les pardonnait.
Un jour, ces jeunes décidèrent de faire tomber Léobon dans le péché. Ils demandèrent alors à une jeune fille consentante de séduire Léobon. Cette dernière se rendit de nuit chez lui et feignant d’être seule et égarée demanda l’hospitalité à Léobon. Léobon l’accueillit par "sa charité et ne pensant pas à mal" mais il comprit très vite que la malheureuse n’était qu’une tentatrice.
"Plein de confiance en Dieu et affermi dans sa grâce, il écarta le feu qui brûlait dans son foyer puis, se couchant dessus, il invita cette malheureuse à en faire autant". Devant ce miracle, la fille saisie d’épouvante s’enfuie en criant "fuyez, fuyez, malheureux, de peur que la terre ne vous engloutisse […] j’ai trouvé un homme […] qui ne brûle pas dans les flammes et si vous ne me croyez pas allez voir ce spectacle et vous croirez à vos yeux".
Incrédules les jeunes gens y allèrent et virent Léobon se lever de dessus les braises sans aucune brûlure. Léobon les pardonna de leur crime en les invitant à changer de vie.
Léobon décida alors de quitter Fursac et se dirigeant vers le soleil couchant, remonta la Gartempe pour s’arrêter sur le bourg qui s’appelle aujourd’hui Le Grand bourg où il mourut en l’an 530.


La paroisse
Paroisse Saint Jean de la Souterraine
1 place Emile Parrain
23300 la Souterraine
paroisse.st.jacques@orange.fr
05 55 63 05 66


Les offices :
http://egliseinfo.catholique.fr/horaires/Bricquebec



Visites :
Accès libre et gratuit.
Tous les jours de 9h à 18h30




Accès et localisation GPS :


46° 09′ 39″ Nord 1° 38′ 43″ Est






Des liens :


Mairie du Grand Bourg :
http://www.legrandbourg.fr



Sources :
textes :
Alain Tixier sur BellesEglises.com
http://roch-jaja.nursit.com/spip.php?rubrique360

photos : Roch Jaja - Alain Tixier


right_arrow-512 retour au sommaire BellesEglises




les premières fiches
des églises,chapelles
ou abbaye…
rédigées à partir de vos envois
pour l'application
des BellesEglises